Critique

Publié le mai 8th, 2018 | par Sébastien Bouchard

0

The Crucifixion

The Crucifixion Sébastien Bouchard

Summary: Laisse indifférent malgré un réalisateur de talent.

2

Convenu


User Rating: 0 (0 votes)

Lorsqu’on m’a offert de faire la critique du film The Crucifixion de Xavier Gens, je ne m’attendais pas à un succès retentissant. J’avais bien aimé The Divide et son segment X is for XXL dans The ABCs of Death, et cela avait fait en sorte que je le mette dans ma liste des réalisateurs à surveiller. Sans l’avoir retiré de cette liste, The Crucifixion n’est pas le film qui l’élèvera dans celle-ci.

The Crucifixion raconte l’histoire de Nicole Rawlins, interprétée par Sophie Cookson (Kingsman: The Secret Service, Kingsman 2: The Golden Circle), une journaliste qui enquête sur une histoire d’exorcisme en Roumanie qui a mal tourné et a provoqué la mort d’une nonne. Alors qu’elle s’attend à mettre à jour une histoire de négligence criminelle, les faits la mèneront à se questionner sur sa foi et l’existence du Mal.

On nous sert encore pour la énième fois la même histoire. On ne peut s’empêcher de penser à des films comme The RingThe Omen ou The Changeling où un protagoniste qui ne croit pas au paranormal découvrira des événements sordides et mettra sa vie en danger en enquêtant sur ce qu’il croit être une histoire banale. Par chance, le fait que le film se passe en Roumanie, nous dépayse un peu et fait en sorte que certaines scènes soient empreint d’une certaine étrangeté. Rien pour nous faire frissonner par contre.

La réalisation de Gens est on ne peut plus convenue. Il se contente de nous faire sursauter toujours au moment où on s’y attend sans jamais nous présenter de réels dangers. Et sa scène finale tombe complètement à plat alors qu’elle aurait pu être beaucoup plus éclatée. Quelques scènes dans la chambre d’hôtel tentent tant bien que mal à créer un suspense sans vraiment aller au bout de leur proposition. Le seul moment où le réalisateur s’essaie à faire quelque chose de différent est lors des dialogues entre les personnages qu’il filme de face comme si la caméra se trouvait entre eux.

Bien que qu’ils ne réussissent pas vraiment à transpercer l’écran par leur interprétation, les acteurs donnent tout ce qu’ils peuvent avec le matériel qu’ils ont. On peut souligner entre autre la performance de Cookson qui réussit à supporter la majorité du film à bout de bras sans toutefois créer un personnage auquel on s’attache vraiment.

Alors qu’il aurait pu être une surprise à une époque où les films d’exorcisme sont un peu laissés de côté, The Crucifixion restera un film quelconque qui ne marquera pas ses spectateurs et devant lequel on passera notre tour sans aucun regret.

C’est le genre de fan d’horreur qui a pris du temps avant de s’assumer. Beaucoup trop occupé à l’époque à faire du théâtre, sortir au karaoké ou jouer à des jeux vidéos, ce n’est que depuis une dizaine d’années qu’il embrasse vraiment sa passion.

Tags: , ,


À propos de l'auteur

C'est le genre de fan d'horreur qui a pris du temps avant de s'assumer. Beaucoup trop occupé à l'époque à faire du théâtre, sortir au karaoké ou jouer à des jeux vidéos, ce n'est que depuis une dizaine d'années qu'il embrasse vraiment sa passion.



Comments are closed.

Retour en haut ↑