Critique starngers

Publié le mars 14th, 2018 | par Emmanuel Ouellet

0

The Strangers: Prey At Night

The Strangers: Prey At Night Emmanuel Ouellet

Summary: Un slasher avec certains aspects aussi rafraîchissants que les premiers « Scream ».

3.5/5


User Rating: 1.9 (1 votes)

The Strangers: Prey At Night reprend l’histoire de trois psychopathes masqués, Dollface, Man in the Mask et Pin-Up Girl, qui avaient terrorisé plusieurs personnes en 2008 dans le slasher/invasion de domicile The Strangers (2008), mettant en vedette Liv Tyler et Scott Speedman.

Une famille en pleine crise décide de s’éloigner de ses problèmes en allant passer quelque temps dans un parc à roulottes reclus de la société. Toutefois, ils ne savent pas ce qui les attend.

Le film possède beaucoup d’éléments communs aux slashers; ainsi, la première partie du film ressemble à une copie d’une copie que tout amateur de films d’horreur a déjà vue dans les années 1990-2000. Toutefois, à un moment, le film prend une « twist » à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Dans une certaine scène près d’une piscine sur la chanson Total Eclipse of the Heart de Bonnie Tyler, le film devient très intéressant, montrant de nouveaux aspects moins copiés-collés que tous les précédents films du genre.

La deuxième moitié m’a beaucoup plu et m’a rappelé, sans toutefois aller dans l’excès, le rafraîchissement des premiers Scream où on utilisait une recette classique en apportant certains éléments bien intéressants.

Un bon film intéressant que je regarderai sûrement aux deux ans.

Je suis un amateur de films d’horreur depuis mon premier visionnement de Army of Darkness en 1992 au ciné-parc. J’aime surtout le cheminement des personnages à travers leurs péripéties et par dessus tout les émotions fortes que ce type de cinéma me fait vivre. Je vis mon trip horreur à fonds depuis les dernières années et rattrape les classiques à travers les nouveautés.

Tags: , ,


À propos de l'auteur

Je suis un amateur de films d'horreur depuis mon premier visionnement de Army of Darkness en 1992 au ciné-parc. J'aime surtout le cheminement des personnages à travers leurs péripéties et par dessus tout les émotions fortes que ce type de cinéma me fait vivre. Je vis mon trip horreur à fonds depuis les dernières années et rattrape les classiques à travers les nouveautés.



Comments are closed.

Retour en haut ↑