Critique

Publié le novembre 20th, 2017 | par Stéphane Carpentier

0

The Void

The Void Stéphane Carpentier

Summary: The Void reste un film à voir pour l'originalité de son approche, ses effets et son iconographie, mais ne s'inscrira malheureusement pas dans le rang des incontournables.

2.8

Original...mais...


User Rating: 0 (0 votes)

The Void est un film d’horreur sorti en 2016 et réalisé par Jeremy Gillespie et Steven Kostanski. Tous deux membres du collectif Astron-6, qui nous ont offert des films d’horreur-comédie tels Father’s day, Manborg ou l’excellent The Editor, ils ont voulu s’éloigner de l’aspect comédie pour nous apporter un retour aux sources; les « creature-feature » et les effets spéciaux mécaniques.

Le film raconte l’histoire d’un officier de police dans une petite ville qui aperçoit un homme
ensanglanté sur le bord de la route. Il amène l’individu blessé à l’hôpital semi-abandonné du coin, mais se rend vite compte que des choses anormales s’y passent. L’hôpital et ses résidents sont vites cernés par les membres d’un culte tous vêtus de blanc, les forçant à rester à l’intérieur du bâtiment où d’étranges créatures les attendent.

Le film a bénéficié d’un certain « hype » dans le monde de l’horreur, et si vous attendiez le film avec impatience depuis la campagne Indiegogo, où les réalisateurs demandaient de l’argent pour terminer le film en promettant une abondance d’effet, vous allez potentiellement être déçus.

Étonnamment, bien que le film nous montre des créatures, elles sont loin d’être prédominantes; nous en voyons deux dans le début du film (à moitié dans l’ombre) et quelques-unes dans une séquence tout de même bien réussi dans le troisième acte. D’ailleurs, lorsque celui-ci commence, nous sommes emballés et nous sommes convaincus d’avoir droit à une finale « créaturrifiantes », mais la séquence s’arrête, le film continue et nous amène tranquillement vers la conclusion… disons.. correcte.

Les effets et maquillages sont, par contre, très bien réussis et l’on se doit de lever notre chapeau aux cinéastes, mais l’impact n’est pas aussi fort qu’espéré.

The Void est généralement intéressant mais souffre de gros problèmes narratifs. Le film excelle dans les montées de tensions, mais ne nous livrent pas des apogées satisfaisantes. Un instant il nous gagne par des moments dramatiques forts et d’intensités horrifiantes, mais nous perd ensuite par des personnages ennuyants ou des solutions faciles.

Les éléments fascinants ne sont jamais utilisés à leurs pleins potentiels et nous laissent trop souvent sur notre faim.

Un point fort du film est qu’il rend hommage à de gros noms de l’horreur tels John Carpenter et Howard Philips Lovecraft, mais évite habilement de tomber dans le piège du pastiche et réussit tout de même à créer son propre univers.

Les acteurs se débrouillent majoritairement bien, sans plus. Mention spéciale à Ellen Wong qui est excellente dans tout ce qu’elle fait, mais le choix de l’acteur principal Aaron Poole est plutôt intriguant. Il est crédible, mais n’impose pas le charisme du « leading man » et n’arrive pas à nous accrocher, à nous faire prendre pour lui. D’autant plus que ce personnage, qui est au centre de l’histoire, ne réussit pas grand chose et se fait tabasser plus souvent qu’autrement.

En résumé, The Void reste un film à voir pour l’originalité de son approche, ses effets et son iconographie, mais ne s’inscrira malheureusement pas dans le rang des incontournables.

L’esprit de SteFou divague fréquemment entre rêves et cauchemars, entre surréalisme et romantisme, entre ultra-violence et atmosphère.

Adorateur d’horreur depuis son tout jeune âge, il explore avec obsession toutes les facettes possibles de ce genre controversé.

C’est avec enthousiasme et bizzaritude qu’il se joint à l’équipe d’Horreur Gamer pour vous partager ses passions… et ses démences!!

Tags: , , , , ,


À propos de l'auteur

L’esprit de SteFou divague fréquemment entre rêves et cauchemars, entre surréalisme et romantisme, entre ultra-violence et atmosphère.

Adorateur d’horreur depuis son tout jeune âge, il explore avec obsession toutes les facettes possibles de ce genre controversé.

C’est avec enthousiasme et bizzaritude qu’il se joint à l’équipe d’Horreur Gamer pour vous partager ses passions… et ses démences!!



Comments are closed.

Retour en haut ↑